ViteVu

Aller au contenu

mardi 27 mars 2007

Photographie: la fin de l’immobilisme ?

image Mais où est donc passé le Conseil supérieur de la photographie? On est en droit de se poser cette question plus d’un an après la création de cette "instance de réflexion" émanant du ministère de la culture et de la communication (arrêté du 30 janvier 2006). Si lors de la réunion du 13 février 2006, le ministre promettait de mettre en relation les différents univers de la photographie (culturels, professionnels, artistiques, recher- ches, marché, etc.), il semble n’avoir pas vu apparaître de grands débats depuis cette date. Finalement, mis à part quelques crispations institutionnelles (la question des ayant-droit des donateurs à Patrimoine photographique dont les images ont été transférées à la compétence de la direction du Patrimoine, la succession à la tête du Jeu de Paume – bien longue car Marta Gili a attendu de longs mois sa nomination), tout semble bien se passer dans le monde des images fixes… Et si l’on profitait de ce temps de calme pour faire quelques propositions à quelques semaines des élections?

Lire la suite...

lundi 26 mars 2007

Un daguerréotype Susse en vente à Vienne

image C'est probablement la plus ancienne chambre daguerrienne qui fera l'objet d'une vente aux enchères à Vienne le 26 mai prochain, à la WestLicht Photographica Auction. Il s'agit du seul exemplaire connu d'une chambre Susse Frères, récemment découverte au sein d'un fonds privé allemand. Mis sur le marché dès septembre 1839, ce modèle est antérieur au daguerréotype Giroux, qui était jusqu'à présent le plus ancien vestige témoignant des premiers appareils photographiques commercialisés, dont seulement une dizaine d'exemplaires subsistent dans le monde. Le boîtier porte l'inscription: “LE DAGUERRÉOTYPE. D'après les plans officiels déposés par Mr. DAGUERRE au Ministère de l'Intérieur. SUSSE Frères, 31, Place de la Bourse”. La chambre est munie d'un objectif achromatique de 14 pouces de foyer (380 mm), ouvrant à f/14. Mis à prix à 100.000 euros, cette pièce unique devrait battre tous les records.

Illustration: WestLicht Photographica Auction.

jeudi 22 mars 2007

Les collections de la SFP se visitent

image Vendredi 23 Mars, la Société française de photographie invite ses membres à redécouvrir ses collections. Pendant deux heures, vous aurez le loisir de voir des pièces uniques et rares qui font toute la richesse de son patrimoine.
Une deuxième visite est prévue le vendredi 28 septembre, de 10h à 12h. N'hésitez pas à vous inscrire dès maintenant.

Inscription obligatoire (encore possible aujourd’hui pour la visite du 23 mars)
troufleau.sfp@free.fr
tél. : 01 42 60 05 98
fax : 01 42 60 04 57

Visite gratuite de 10h à 12h, menée par Carole Troufléau, chargée des collections, au siège de la SFP.
71 rue de Richelieu 75002 Paris. Métro: Bourse, Pyramides, Palais-Royal.

vendredi 16 mars 2007

Vu de pigeon

image Toujours à l'affut des dispositifs les plus étranges, Pascale et Jean-Marc Bonnard Yersin proposent depuis le 21 février au Musée suisse de l'appareil photographique de Vevey une exposition intitulée "Des pigeons photographes?" Celle-ci retrace l'histoire des projets d'utiliser ces dociles auxiliaires à des fins de surveillance ou d'investigation militaire. Grâce au dépôt de la famille Michel, descendants de l'un des inventeurs d'appareils de photographie aviaire dans les années 1930, le musée peut proposer une vision détaillée des essais et des résultats obtenus à l'aide de ces dispositifs. Des résultats souvent surprenants, voire poétiques, tant le degré d'initiative esthétique de ces volatiles témoigne d'une vaste ouverture à l'univers des possibles. Ces procédés hasardeux semblent avoir été abandonnés parce qu'ils renseignaient finalement plus sur la vie des pigeons que sur les mouvements de l'ennemi.

Illustration: couverture de Sciences et Voyages, n° 2, 1919-1920 (appareil de Julius Neubronner), extrait du catalogue (disponible à la SFP).

Exposition "Des pigeons photographes?", du 21/02 au 17/09/2007. Musée suisse de l'appareil photographique
Grande Place 99, 1800 Vevey, tél. 021 925 21 40.

mercredi 7 mars 2007

Photographie et institution(s). Echanges transatlantiques entre Paris et New York (19e-20e siècles)

Journée d’études organisée le 23 mars 2007 (9h-19h) dans le cadre de l'École Doctorale "Langue, littérature, image, civilisation" par François Brunet (professeur, art et littérature des Etats-Unis, Laboratoire de recherches sur les cultures anglophones – LARCA, université Paris 7-Denis Diderot), Nathalie Boulouch (maîtresse de conférences, histoire de l’art contemporain, Équipe d’accueil Histoire et Critique des Arts, UFR ALC, université Rennes 2-Haute Bretagne) et Gaëlle Morel (ATER, histoire de l’art contemporain, université Rennes 2-Haute Bretagne).

Lire la suite...

samedi 3 mars 2007

"Le Yucatán est ailleurs". Expéditions photographiques (1857-1886) de Désiré Charnay

La prochaine conférence du cycle organisé par la Société française de photographie sera donnée par Christine Barthe (responsable scientifique de l’unité patrimoniale des collections photographiques au musée du quai Branly) le mercredi 7 maris 2007, à 18h, à la Maison européenne de la photographie, 5-7 rue de Fourcy 75004 Paris, métro Saint-Paul, entrée libre sans réservation.

Christine Barthe nous présentera l'exposition de photographies de Désiré Charnay au musée du quai Branly et nous parlera des collections photographiques du musée.

Lire la suite...

jeudi 1 mars 2007

"Histoire(s) contemporaine(s)…", un entretien avec Léa Eouzan

C
Bar - Block d'origine, où étaient enregistrés les déportés à leur arrivée - Musée d'Auschwitz - Oswiecim, Mars 2006

« Histoire(s) contemporaine(s)… » présente des photographies réalisées en 2006 de camps d’internement, de concentration ou d’extermination construits en Europe au cours de la Seconde Guerre mondiale. Mais le propos de l’artiste n’est pas de fournir une illustration aux récits des historiens. Il est plutôt d’analyser le phénomène commémoratif.

Lire la suite...

lundi 26 février 2007

Le World Press mis à nu par ses modèles, même

Au bon vieux temps du photojournalisme, où les sujets de la photo se présentaient à nous avec leurs grands yeux pleins de larmes et de souffrance muette, au temps où seuls les auteurs des images étaient détenteurs d'une parole légitime et audible, cela ne serait jamais arrivé. Mais aujourd'hui – à plus forte raison sur un terrain de guerre comme le Liban – les sujets de la photographie reprennent la parole et nous donnent leur avis. Leurs visages ont fait le tour du monde: ils s'appellent Jad, Bissan et Tamara Maroun, Noor Nasser et Liliane Nacouzi, ils ont entre 21 et 29 ans et sont interrogés par le journaliste Gert Van Langendonck pour le journal belge De Morgen. L'entretien est reproduit (en anglais) sur le blog de Samer Mohdad, qui a lancé la polémique. Les jeunes gens analysent les significations de la photographie avec finesse et discernement. Pourquoi est-ce cette image qui a été choisie, se demandent-ils, et non cette autre du corps d'un jeune garçon sorti des ruines de Cana après un bombardement israélien? Serait-ce parce que celle-ci montre la réalité de la guerre, une réalité inconfortable pour les occidentaux? La guerre n'arrive qu'aux gens qui ne leur ressemblent pas: voilà ce que pensent les occidentaux, voilà ce que leurs montrent les images – disent les jeunes gens.

C'était le 15 août, le deuxième jour après la fin de la guerre. Ils étaient réfugiés et revenaient pour la première fois vérifier l'état de leur quartier. La mini Cooper? Prêtée par une amie, elle avait servi à transporter de la nourriture et des médicaments. Décapotée parce qu'il faisait chaud, et qu'ils étaient cinq dans une petite voiture. “Regardez bien l'image, dit Bissan Maroun. Je peux vous assurer qu'on n'est pas en train de s'amuser. Sur nos visages, on lit la consternation de ce qui est arrivé à notre quartier.”

jeudi 22 février 2007

Canon annonce la sortie du EOS-1D Mark III

Attendue avec impatience, l'annonce du nouveau reflex numérique de Canon a été effectuée ce matin sur son site. Si le format du capteur, un nouveau 10 mégapixels APS-H, peut paraître un peu juste, l'appareil a été repensé de fond en comble et présente des spécifications étonnantes en termes de vitesse, avec des rafales à 10 images/seconde ou un buffer de 110 prises de vues en JPEG (30 en RAW). Doté de deux processeurs Digic III, il affiche une sensibilité maxi de 3200° ISO, extensible à 6400°. Outre un nouvel auto-focus et un nouveau système anti-poussières, il propose également le premier écran de contrôle à affichage permanent sur un reflex pentaprisme, un confortable 3". Le Mark III devrait être disponible en avril prochain pour un prix annoncé d'environ 4000 US$.

mercredi 21 février 2007

Polémique sur le World Press Photo 2006

Photojournaliste américain appartenant à l'agence Getty Images, Spencer Platt est l'heureux récipiendaire du World Press Photo Award 2006, pour sa photographie prise en août 2006, sélectionnée parmi 75.000 propositions. Intitulée "Young Lebanese Driving Through Devastated Neighborhood of South Beirut", cette image montre quatre jeunes filles assises dans une voiture cabriolet rouge conduite par un jeune homme sur fond de bâtiments en ruine. Samer Mohdad, autre photojournaliste respecté, directeur de l'Arab Images Foundation, a réagi sur son blog avec virulence le 13 février, critiquant la composition de l'image aussi bien que le jury, qui a selon lui fait preuve d'ironie et de mauvais goût.

Son blog accueille plusieurs commentaires, certains favorables, comme celui de Benoît Rivero, directeur de la photographie aux éditions Actes-Sud. D'autres défendent le choix du jury, comme Jean-François Leroy, directeur du festival Visa pour l'Image, qui se déclare “profondément blessé” par ces critiques. François Marie d’Andrimont, sur Photographie.com, puis Sylvie Kerviel, dans les colonnes du Monde daté du 18 février, font écho à cette polémique.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 >