ViteVu

Aller au contenu

lundi 9 février 2009

Les élites économiques et la photographie : Colloque en images

Grâce aux Archives de la Recherche, le colloque organisé par l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, l'Institut Européen de la Mémoire économique et financière européenne (IMEF) et la Société française de photographie (SFP), consacré aux élites économiques et à la photographie est en ligne et en images. Un grand merci à l'ingénieur d'études Margot Sputo-Mialet.

Lire la suite...

mardi 30 septembre 2008

L'Œil Public n°2 : violence et photographie

Le collectif de photographes L'Œil public sort le second numéro de la revue du même nom. Revue consultable intégralement sur le Net.

vendredi 22 février 2008

Benjamin Deroche : Tribute to Araki

image Dans le domaine musical, les "tributes" sont une tradition: on rend hommage en même temps que l'on réinterprète un morceau, on s'inscrit ainsi dans le sillage d'une famille que l'on se choisit. Dans le domaine de l'art, les hommages sont plus souvent masqués, le clin d'œil ou la parodie sont d'usage, le jeu de cache-cache avec les références semble établi pour défier la sagacité du critique. Il est assez rare de voir un jeune artiste s'amuser (au sens où le rire est chose sérieuse) sur le mode du "tribute" à détourner les travaux d'une star d'époque. Il faut donc saluer la série des "Tribute to Araki" de Benjamin Deroche, dont on retrouve la série complète sur son site. Il nous explique par ailleurs : "Pour la petite histoire les poses du poulet sont exactement les mêmes que des poses exécutées par les modèles d'Araki lors de séance de bondage. Je me suis appliqué à respecter à peu près la hauteur et l'écartement des cordes à l'échelle de la composition du corps ce qui donne un aspect assez ridicule et amusant à la bête"... Se moquer des maîtres à toujours un aspect revigorant. Cette série sera exposée en août 2008 et en grand format dans la Galerie Rouge à Pont l'Abbé (Finistère).

mercredi 19 septembre 2007

Mise en vente d'une chambre photographique de Niépce

image En quelques mois, l'archéologie des premiers temps de la photographie s'est enrichie de plusieurs pièces importantes. Après la réapparition d'un daguerréotype Susse à Vienne, après la mise à jour par Pierre-Yves Mahé du laboratoire de Petiot-Groffier à Chalon, la maison Auction Team Breker de Cologne annonce la mise en vente, le 17 octobre prochain, d'une chambre photographique primitive ayant appartenu à Nicéphore Niépce.

Plus récente que la "Chambre de la découverte" conservée au musée éponyme de Chalon, il s'agit d'une camera de petit format (10,5 x 7,1 x 7,7 cm), équipée d'un objectif de 46 mm de focale. Celle-ci porte une marque "N. Niepce" à la pointe sèche. Toutefois, l'élément décisif de l'identification est l'optique, dont l'une des lentilles porte la signature de Vincent Chevalier, authentifiée par Jacques Roquencourt. L'expert a analysé les performances de l'objectif, dont il situe l'usage entre les premiers dispositifs photographiques de l'inventeur (1816) et la signature du contrat avec Daguerre (1829), soit vers 1825. Cette pièce était aux mains d'un collectionneur d'instruments mécaniques, non spécialiste de photographie, qui l'avait acquis en 1982 à Chatenoy Le Royal. D'après Jacques Roquencourt, la chambre a pu faire partie des instruments de l'atelier Niépce, déménagés par son fils Isidore après sa mort et retrouvés en 1851 par Jules Chevrier à Lux. Estimation proposée: 50.000/100.000 €.

Source: http://auction-team.de/..., via Photohist.

mercredi 11 juillet 2007

Thaddeus John Szarkowski, 1925-2007

Le photographe américain et ancien conservateur pour la photographie du Museum of modern art de New York, John Szarkowski, est mort samedi à Pittsfield (Mass.) à l'âge de 81 ans. "Découvreur" de nombreux photographes majeurs du XXème siècle de Jacques-Henri Lartigue à William Eggleston en passant par Diane Arbus, Lee Friedlander ou Garry Winogrand, John Szarkowski, aura imposé sa marque sur l'histoire du modernisme photographique. Un de ses ouvrages phares, The Photographer's Eye, catalogue de l'exposition de 1964, vient d'être traduit en français par les éditions 5 Continents.
Illustration: J.H. Lartigue, John Szarkowski, New York, s.d., ©AAJHL.

vendredi 18 mai 2007

Les cartes postales de la honte

image Il y en a que l'approche de l'été inspire. C'est le cas de Manu Larcenet, qui a décidé d'ouvrir un concours pas banal: le "Championnat des cartes postales de la honte". J'ai une passion pour les cartes postales pourries, explique-t-il. Je n'en suis pas fier, notez bien, mais c'est comme ça. Comme l'été arrive, les plus riches d'entre vous vont partir en vacances dans des coins cosmopolites et variés, nationaux ou étrangers, dépourvus de goût en ce qui concerne la correspondance postale. Profitons de ces voyages pour faire partager au monde les merveilles de cartes postales que la vieille dame du bureau de tabac/épicerie garde jalousement sur un présentoir qui a dû connaître en personne les balbutiements de la cinquième République. On applaudit des deux mains à cette délicieuse initiative, qui dévoile les bas-fonds de la culture visuelle et rend justice au vrai mauvais goût franchouillard. Les premiers échantillons de cette collection dépassent déjà tout ce qu'on pouvait espérer. On attend la suite avec impatience.

Commentaire de l'illustration ci-dessus: Pour le moment, c'est de loin la plus honteuse que j'ai reçue... Là vous pouvez pas bien voir, mais l'image est super pixellisée, sans doute faite avec un appareil numérique tout pourri dans le salon d'un pavillon isolé, la mer ayant été rajoutée sous PhotoShop, probablement avec des moufles. Un chef d'oeuvre...

lundi 26 mars 2007

Un daguerréotype Susse en vente à Vienne

image C'est probablement la plus ancienne chambre daguerrienne qui fera l'objet d'une vente aux enchères à Vienne le 26 mai prochain, à la WestLicht Photographica Auction. Il s'agit du seul exemplaire connu d'une chambre Susse Frères, récemment découverte au sein d'un fonds privé allemand. Mis sur le marché dès septembre 1839, ce modèle est antérieur au daguerréotype Giroux, qui était jusqu'à présent le plus ancien vestige témoignant des premiers appareils photographiques commercialisés, dont seulement une dizaine d'exemplaires subsistent dans le monde. Le boîtier porte l'inscription: “LE DAGUERRÉOTYPE. D'après les plans officiels déposés par Mr. DAGUERRE au Ministère de l'Intérieur. SUSSE Frères, 31, Place de la Bourse”. La chambre est munie d'un objectif achromatique de 14 pouces de foyer (380 mm), ouvrant à f/14. Mis à prix à 100.000 euros, cette pièce unique devrait battre tous les records.

Illustration: WestLicht Photographica Auction.

lundi 26 février 2007

Le World Press mis à nu par ses modèles, même

Au bon vieux temps du photojournalisme, où les sujets de la photo se présentaient à nous avec leurs grands yeux pleins de larmes et de souffrance muette, au temps où seuls les auteurs des images étaient détenteurs d'une parole légitime et audible, cela ne serait jamais arrivé. Mais aujourd'hui – à plus forte raison sur un terrain de guerre comme le Liban – les sujets de la photographie reprennent la parole et nous donnent leur avis. Leurs visages ont fait le tour du monde: ils s'appellent Jad, Bissan et Tamara Maroun, Noor Nasser et Liliane Nacouzi, ils ont entre 21 et 29 ans et sont interrogés par le journaliste Gert Van Langendonck pour le journal belge De Morgen. L'entretien est reproduit (en anglais) sur le blog de Samer Mohdad, qui a lancé la polémique. Les jeunes gens analysent les significations de la photographie avec finesse et discernement. Pourquoi est-ce cette image qui a été choisie, se demandent-ils, et non cette autre du corps d'un jeune garçon sorti des ruines de Cana après un bombardement israélien? Serait-ce parce que celle-ci montre la réalité de la guerre, une réalité inconfortable pour les occidentaux? La guerre n'arrive qu'aux gens qui ne leur ressemblent pas: voilà ce que pensent les occidentaux, voilà ce que leurs montrent les images – disent les jeunes gens.

C'était le 15 août, le deuxième jour après la fin de la guerre. Ils étaient réfugiés et revenaient pour la première fois vérifier l'état de leur quartier. La mini Cooper? Prêtée par une amie, elle avait servi à transporter de la nourriture et des médicaments. Décapotée parce qu'il faisait chaud, et qu'ils étaient cinq dans une petite voiture. “Regardez bien l'image, dit Bissan Maroun. Je peux vous assurer qu'on n'est pas en train de s'amuser. Sur nos visages, on lit la consternation de ce qui est arrivé à notre quartier.”

samedi 27 janvier 2007

L'histoire de la photographie en Lego

image Signalé par Mike Johnston sur The Online Photographer, l'étrange exercice proposé par Marcos Vilariño, qui revisite quelques-uns des grands chefs d'oeuvre de l'histoire de la photographie à l'aide des célèbres cubes de plastique. Une curiosité, un jeu, une énigme. A voir!

samedi 20 janvier 2007

iView pour voir

image Le logiciel iView MediaPro constitue aujourd'hui l'une des solutions les plus pratiques et les plus ouvertes pour gérer ses photographies sur ordinateur. Existant en version Mac ou Windows, il a notamment sur iPhoto l'avantage crucial de gérer la norme IPTC, qui permet de conserver les informations de légendage dans le fichier image (sous iPhoto, ces informations sont perdues en cas d'exportation ou de copie. Cela dit, pour ceux qui ont commencé à constituer leur photothèque sous iPhoto, iView sait en importer les images avec leurs commentaires, automatiquement transformés en descriptions IPTC). Les fonctions de diaporama intègrent la possibilité d'afficher la légende, ce qui peut éviter de repasser par un logiciel type Powerpoint pour réaliser une présentation rapide d'images. En indiquant que cette application a été distinguée pour la troisième fois consécutive par le Professional Photographer Magazine, Jean-François Vibert nous rappelle surtout que celle-ci va réapparaître au printemps de cette année sous le nom d'"Expression Media", sous label Microsoft, pour un prix annoncé de 299 € - près du double du tarif actuel! Macandphoto fait deux propositions intéressantes: celle d'acheter la version actuelle d'iView Media Pro 3 par son intermédiaire, avec une remise de 15% (soit un prix d'achat de 149 €), ce qui permettra à l'acquéreur de bénéficier d'une mise à jour gratuite vers la version Microsoft lorsque celle-ci sera disponible. En cliquant sur le lien fourni par le blog, il est également possible de télécharger gratuitement une version complète du logiciel, utilisable pendant 21 jours. Le moment où jamais de tester cette excellente application.

Référence: Jean-François Vibert, "iView Media Pro récompensé pour la 3e année", Macandphoto.com, 20/01/2007.

1 2 3 >