ViteVu

Aller au contenu

lundi 17 janvier 2011

Hourra, ''Le Monde'' m’a tuer ! ou Ce que ''Le Monde'' narre.

Un vrai cadeau de Noël : dans son édition parue le 25 décembre dernier, le quotidien Le Monde (daté du 26 décembre 2010) faisait paraître un article sobrement intitulé : "Le calotype, somptueux échec", relatif à l’exposition "Primitifs de la photographie" qui ferme aujourd’hui ses portes à la Bibliothèque nationale de France (site Richelieu). On aurait tort ici de bouder son plaisir à la lecture de cette critique dont la perfidie tient dans l’ambigüité d’un titre dont on ne sait s’il porte sur l’objet de cette exposition ou sur sa forme.

Globalement, si la journaliste reconnaît la pertinence du sujet et semble en avoir saisi l’essentiel – le paradoxe d’une technique éphémère et élitiste qui donne naissance à quelques unes des icônes de l’histoire de la photographie – elle reproche à sa mise en forme d’une part une approche "sociologique", centrée sur les usages et découpée en "petits chapitres" mêlant chefs-d’œuvre et images secondaires, et d’autre part la lourdeur d’une "érudition" se traduisant par des cartels "interminables"… l’exposition ne prenant sens que dans sa dernière partie consacrée à la création, où éclate enfin "la qualité formelle des œuvres"… Las !

Mais ne devrions-nous pas, en tant que co-commissaire de cette exposition, nous flatter de nous retrouver ainsi gratifié, puisque ce texte ne fait que traduire de la part du Monde une doctrine pour le moins invariable et qui consiste en matière de photographie du XIXe siècle, à défaire presque systématiquement toute proposition scientifique. On pourra même se féliciter de se trouver ici en compagnie de tous ces projets éditoriaux ou muséographiques qui depuis plus de dix ans ont marqué durablement l’histoire de la discipline en France : l’exposition "Gustave Le Gray" (Bibliothèque nationale de France – 2002), "Le Daguerréotype français, un objet photographique" (Musée d’Orsay – 2003), "L’Utopie photographique" (Maison européenne de la photographie – 2004), "Eugène Atget" (BnF – 2007), "L’art de la photographie" (Éditions Citadelles et Mazenod – 2007), pour ne citer que les principaux. Chacun de ces projets s’étant trouvé éreinté sous la plume de Michel Guerrin en son temps (il est aujourd’hui responsable des pages Culture du quotidien) ou par d’autres*, comme Claire Guillot aujourd’hui, instrumentalisant tantôt Sainte-Beuve, tantôt d’obscurs scientifiques, toujours sur le même motif : foin de la "sociologie", foin des usages, foin de ces conceptions "marxisantes" pervertissant une histoire de la photographie canonique qui doit se constituer uniquement sur les chefs-d’œuvre et les maîtres, lesquels se passent d’explications et plus encore d’une érudition toujours pesante. Hors de la sacralisation, point de salut : invariance d’un thème qui ne veut, ou ne peut tout simplement, considérer l’histoire de la photographie que comme un art intemporel et nie l’évolution d’un domaine qui appelle la définition d’une histoire culturelle. Une permanence dans la critique qui jette le discrédit sur toute autre vision de la photographie que celle qui trouve en ces pages un écho bienveillant, au risque de voir ici l’ombre inquiétante du conflit d’intérêt. Mais est-ce seulement possible ?

Évidemment la presse est fondée à émettre un point de vue critique auquel il est toujours complexe de répliquer, car comme l’écrivait déjà André Gunthert en 2003 à propos de l’Affaire Tournesol, cette réaction est interprétée "au mieux comme un réflexe corporatiste, au pire comme une tentative des moins talentueux de s’exonérer d’un évaluation critique cruelle". Que la journaliste du Monde confonde dans un même mouvement érudition, projet scientifique et ambition pédagogique, n’est pas le plus inquiétant. Au-delà de cette méprise circonstanciée se pose une question de fond dont Le Monde ne peut visiblement pas prendre la mesure en matière de photographie et dont sa prise de position plus idéologique que critique n’est qu’un des révélateurs : peut-on trouver en France un regard critique argumenté sur des projets scientifiques dans le domaine** ? Au moment où la Mission pour la photographie lancée au printemps 2010 par le Ministère de la Culture semble encore s'interroger sur ses moyens comme sur ses buts, force est de constater que ce joli petit monde de la photographie est loin de réunir les conditions d’une saine émulation et que rien ne semble devoir éviter le clivage et l’anomie vers lesquels on se dirige. On ne peut assurément demander aujourd’hui à un journal comme Le Monde en matière de photographie d'accompagner un mouvement que d'autres pays nous envient. L'alarmant n'est pas tant cette critique, qui ne peut être finalement évaluée qu’à l’aune du rétrécissement d’un espace critique inversement proportionnel à la multiplication des offres. C’est l’idée qu’article après article, sous quelque plume que ce soit, ne semble s’exprimer qu’une seule voix au Monde… mais quelle est cette voix ?

(*) Concernant les événements précités on pourra consulter les articles suivants : Emmanuel De Roux, "Le génie de Le Gray éclipsé par ses biographes", Le Monde, 2 avril 2002 ; Michel Guerrin, "Les premiers pas photogéniques du daguerréotype", Le Monde, 5 juin 2003 ; Michel Guerrin, "Anonymes et amateurs entrent au musée", Le Monde, 2 décembre 2004 ; Michel Guerrin, "Atget, l'artisan cache un artiste", Le Monde, 31 mars 2007 ; Michel Guerrin, "Etrange histoire de la photographie", Le Monde, 9 novembre 2007.

(**) Par contraste on observera par exemple, sur la même période, le traitement réservé à l’art du XIXe siècle et qui permet aujourd’hui au musée d’Orsay d’offrir une rétrospective des plus stimulantes sur Jean-Léon Gérôme (Cf. Philippe Dagen, "Gérôme, le peintre qui maudissait l'art moderne", Le Monde, 24 octobre 2010). Pour un point de vue éclairé sur la question photographique on consultera à profit le dossier consacré à la question par L'Œil en novembre.

lundi 29 décembre 2008

2000NEUF

La Société française de photographie vous souhaite une belle et heureuse année 2009. Cette année, c'est le photographe Pascal Hausherr qui nous offre une carte originale et inédite.

Lire la suite...

lundi 22 octobre 2007

Pour Édouard Levé

image Le suicide d’Édouard Levé a fait l’objet de commentaires et d’hommages dans la presse (Libération, Télérama, etc.). Qu’y ajouter? Nous avions entamé un dialogue lors d’un entretien dans Le Bulletin (n° 18, avril 2004), puis j’avais signé un texte de synthèse pour Images au Centre à la demande de Pierre Sanner qui avait passé à Édouard une commande originale en 2004 à partir des tableaux du musée des beaux-arts de Tours (série "Transferts"). Plus récemment – cet été même – j’ai rédigé un texte consacré à Fictions, son dernier livre de photographies (comptant aussi quelques textes) publié chez son éditeur P.O.L, qu’il m’avait demandé pour un livre de la Villa du Parc centre d’art contemporain à Annemasse dirigée par Karine Vonna - institution qui avait produit et exposé certaines images de la série. Édouard avait gentiment accepté de venir parler dans mon séminaire à l’Institut national d’histoire de l’art, ce devait être le 22 novembre prochain. Je donne ici en manière d’hommage à un artiste marquant le texte qui sera bientôt publié par la Villa du Parc.

Lire la suite...

lundi 18 juin 2007

Les images publiques ont une histoire

Le numéro 20 d'Etudes photographiques est paru. Ci-dessous l'éditorial de cette livraison, datée de juin 2007.


Pour fêter dignement l'anniversaire des dix ans d'Études photographiques, ce volume propose de revisiter de fond en comble l'histoire de l'illustration photographique dans son rapport à l'actualité. La vulgate en la matière est bien connue, qui alimente toutes les histoires de la presse ou de la photographie depuis l'après-guerre : par ses vertus d'enregistrement exact, la photographie s'impose comme un outil indispensable de la restitution de l'information. Favorisée par l'invention de la simili-gravure à la fin du XIXe siècle, l'image devient une fidèle servante du journalisme. Les magazines comme Vu, Life ou Paris-Match installent définitivement la grammaire moderne du genre grâce au talent et au dévouement des photoreporters.

Régulièrement répétée, cette histoire de la rencontre de l'image d'enregistrement et d'une presse animée du seul souci de traduire le plus fidèlement les désordres du monde est une légende touchante. En rassemblant les meilleurs spécialistes d'un des domaines les plus vivants de la recherche, le colloque "La trame des images", organisé en octobre dernier à l'EHESS, a bousculé cette sage ordonnance. Il fallait réunir ces approches pour voir apparaître un diagnostic différent, qui esquisse à la fois une nouvelle chronologie, distingue de nouveaux points de repères, produit en un mot un nouveau récit.

Lire la suite...

mercredi 17 janvier 2007

Une nouvelle intelligence de l'image

Le numéro 19 d'Etudes photographiques est paru. Ci-dessous l'éditorial de cette livraison, datée de décembre 2006.


Tous les ans, pour son numéro de Noël, le magazine Time distingue une personnalité du label d'«homme (ou de femme) de l'année». L'édition 2006 renouvelle l'exercice de façon originale. La couverture s'orne d'un écran d'ordinateur, où s'inscrit en gras le choix de la rédaction: "You". Vous, moi, nous. Ou plus précisément, le "nous" qui s'est emparé du nouvel «âge de l'information», grâce aux instruments du web dynamique.

On n'a pas fini de gloser sur les multiples ressorts du rééquilibrage médiatique engagé par la révolution du web 2.0. Quelle que soit l'appréciation portée sur le phénomène, nul ne peut nier qu'il s'agit d'un bouleversement majeur. S'il n'est pas question ici d'entrer dans la discussion de ses aspects généraux, nous pouvons en revanche apporter une précision utile sur la dimension qui nous est familière.

Lire la suite...

mardi 2 janvier 2007

Le bonheur sur écran en 2007

image

La Société française de photographie souhaite à tous ses membres, lecteurs, visiteurs et amis internautes une excellente année 2007. En guise d’etrennes nous vous offrons une image inédite de Hermine Bourgadier, réalisée à l’occasion de la coupe du monde du jeu vidéo à Paris Bercy. Cette photographie introduit ainsi le grand chantier que notre association entreprend dès ce mois de janvier, en renouvelant l’interface de la SFP, portant l’effort sur une plus grande accessibilité aux données documentaires de l’association et surtout à la réunion de ses activités: information (blog), services liés à la collection (éditions) et diffusion de la recherche (revue Études photographiques). Ce travail qui monopolisera l’équipe plusieurs mois durant oblige à diminuer les jours d’ouverture au public mais, à terme, il permettra de disposer d'un outil performant au service de tous les usagers de la SFP. A vos écrans !

jeudi 12 janvier 2006

La SFP, vitrine de la recherche et de la création

image Trouver aujourd’hui un chemin pour donner toutes ses chances au développement de la connaissance et de la création est un défi. La Société française de photographie travaille à le relever en tâchant de rester fidèle à l’exigence scientifique comme à la curiosité que requiert la découverte des approches techniques et esthétiques contemporaines. C’est en vivant ce défi que chacun définit aujourd’hui ses engagements qui, pour nous, se traduisent par la volonté de sauver la recherche en inventant les modalités de son financement, comme celle de promouvoir la création, en dépassant la ligne Maginot de l’art contemporain.

Lire la suite...