Le SEMINAIRE PHOTOGRAPHIQUE : MATHIEU PERNOT LE 30 janvier

Pour sa première séance 2014 Le Séminaire Photographique accueille à la Maison du Geste et de l'Image l'artiste Mathieu PERNOT le 30 janvier à 18h00. Avant les deux expositions majeures qui se dérouleront au Jeu de Paume et à la Maison Rouge à Paris, nous échangerons sur les grandes thèmes de son œuvre et les orientations récentes qui lui ont été donnée.

Maison du Geste et de l'Image 42 rue Saint-Denis 75001 Paris le 30 janvier - 18h00

Lire la suite...

Le Séminaire photographique : Documentation Céline Duval

Pour la dernière séance du Séminaire photographique de la saison 2012-13 à la Maison du Geste et de l'Image, nous recevrons Documentation Céline Duval pour un entretien autour de la méthode de l'artiste et une présentation de la série Les Allumeuses, vidéos phares qui révèlent dans l'instant de leur destruction les milliers d'images de magazines classées par thèmes. Un grand œuvre qui décrypte les stéréotypes de l'époque et l'inconscient collectif des désirs.

Ill. Les allumeuses 1998-2010, série Piscines - video, 10'48'' © documentation céline duval

Jeudi 25 avril à 18h00 Maison du Geste et de l'Image

Lire la suite...

Lettre en Vitrine


La présentation dans La Vitrine de la lettre de Stanislas Amand à un clochard est prolongée jusqu'au 20 mars prochain. L'occasion de remercier encore les 75 personnes venues le 28 février dernier participer au vernissage et qui ont pu, à la suite d'un dialogue avec Nicolas Feodoroff, assister à la lecture de la lettre par S.A. accompagné à la guitare basse par Emmanuel Corbier.
Rarement La Vitrine n'avait à ce point rempli son rôle d'interaction avec l'espace public, la lettre questionnant précisément la visibilité de ces "échoués" en s'adressant à l'un d'eux, Ravi, Sri-Lankais arrivé en France il y a quelques années ayant élu domicile devant les locaux de la SFP. La lettre, visible et lisible de jour comme de nuit, fait parler les habitués de la rue de Richelieu comme les passants occasionnels. Elle produit un lien entre les archives photographiques de la SFP et la rue, questionne là et maintenant le rôle et le statut de l'information et s'actualise en permanence suivant la présence ou l'absence de Ravi à proximité.
Après la publication de Lettres à une galeriste, Stanislas Amand poursuivra cette interrogation par l'édition prochaine aux éditions Art-Hopitaux Universitaires de Genève de Lettres à un médecin. En guise de préambule nous publions ici un texte que nous a aimablement communiqué Nicolas Feodoroff, critique d'art et cinéma et programmateur au Festival International de cinéma. Affaire à suivre.

Lire la suite...

Lettres à une galeriste à la SFP

Jeudi 28 février Stanislas Amand viendra présenter et signer à la Société française de photographie son dernier ouvrage Lettres à une galerie, co-édité par les éditions Images en Manœuvres et l'École normale supérieure Lyon. À cette occasion Stanislas Amand dévoilera de nouvelles Correspondances produites pour la Vitrine de la SFP. Avec cet événement la SFP reste fidèle au travail de Stanislas Amand dont elle avait accueilli régulièrement sur Vitevu les correspondances depuis l'été 2007.
Rendez-vous à la SFP, 71 rue de Richelieu, 75002 Paris à partir de 18h30. En partenariat avec le Centre photographique d'Ile-de-France, Pontault-Combault.

Lire la suite...

Stanislas Amand : Lettres à une galeriste

En préambule à la rencontre à la SFP du 28 février avec Stanislas Amand pour la présentation de son dernier livre "Lettres à une galeriste", nous publions sur Vitevu la description littéraire et circonstanciée qu'en avait fait Patrick Talbot lors de la rencontre organisée à l'ENS Lyon, le 6 février dernier.

"Lettres à une galeriste", co-édition ENS éditions et Images en manœuvres, Lyon, Marseille, 2012.









Lire la suite...

Michèle Brabo, disparition d'une femme photographe

Michèle Brabo, membre de la Société française de photographie depuis de longues décennies nous a quittés à l’âge de 96 ans en ce début février 2013. Dans son appartement de la rue Saint-Honoré, elle laisse derrière elle un fonds photographique d’ampleur : 3938 planches contacts, c’est-à-dire environ 141 768 négatifs mais aussi des tirages datant des années 1960/70 qui n’ont pas encore livré tous leurs secrets.

Lire la suite...

Voeux 2013

La Société française de photographie vous souhaite une :

Léon Gimpel, "promenade nocturne dans les rues obscures et boueuses de Boulogne, 1917", plaque au gélatinobromure d'argent colorisée, collection SFP.

Parution du n°30 d'Études photographiques

Études photographiques n°30 est désormais disponible en librairie et par abonnement. image

Lire la suite...

Bibliothèque de la SFP : le catalogue en ligne.

imageExpérimenté depuis la mise en ligne du nouveau site de la SFP en mars dernier, le catalogue en ligne de la bibliothèque (hors inventaire des périodiques) est une avancée majeure pour la mise en ligne des données des collections. Exécuté à l'initiative et sous la direction de Luce Lebart, directrice des collections, et entièrement réalisé par Vincent Guyot, documentaliste et manageur en ressources numériques en Service civique à la SFP, ce catalogue a été élaboré à partir des quelques 8 000 références bibliographiques que contenait une base de données informatique dont la constitution avait été entamée dès le milieu des années 1990 avec l'aide de nombreux et vaillants lecteurs bénévoles et stagiaires, à partir notamment des informations du meuble à fiches de la bibliothèque. Ce premier répertoire informatique avait permis à de nombreux lecteurs de naviguer dans l'inventaire de la bibliothèque et de générer des listes. Manquait à ce répertoire non seulement une véritable disponibilité en ligne, mais également une indispensable normalisation.

image Un premier travail de longue haleine a été le nettoyage des informations, l'uniformisation et la répartition des mentions, la remise aux normes des champs et des autorités de cette première base de données. Afin d'assurer la normalisation mais également une pérennité maximale pour l'accessibilité des données, le choix s'est porté pour la mise en ligne sur le logiciel PMB, système intégré de gestion de bibliothèque entièrement libre et développé par une communauté dynamique de bibliothécaires et de programmeurs. Application Full Web, ce logiciel permet à la fois la mise en ligne des données et références bibliographiques mais également d'enrichir la base de données et d'administrer le fonds lui-même. Ainsi depuis mars dernier à l'adresse http://www.sfp.asso.fr/sfp-bibliotheque/opac_css/ sont accessibles en recherches par titres, auteurs ou collections les références d'ouvrages de 4490 auteurs et 3 261 éditeurs différents, depuis 1677 (La vision parfaite du Père Chérubain d'Orléans) jusqu'à aujourd'hui. Sont également disponibles à l'interrogation les mémoires universitaires déposés à la bibliothèque. Ce catalogue aux normes Unimarc donne une visibilité inédite à la bibliothèque de la SFP et entame avec succès le capital chantier de la normalisation et de l'interopérabilité des systèmes de publications choisis par l'association.

Parution du n°29 d'Études photographiques

Études Photographiques n°29 est désormais disponible en librairie ou par abonnement.


image
































Lire la suite...

Un nouveau blog pour l'actualité des collections.

Depuis quelques semaines un nouveau blog vient agrémenter les ressources sur les collections de la SFP. Animée par Luce Lebart, directrice des collections en collaboration avec Vincent Guyot, en Service Civique à l'association, "Actualité des collections" se propose de tenir au jour le jour le carnet de bord des fonds de la SFP : expositions temporaires organisées en collaboration avec d'autres institutions, prêts d'épreuves ou d'objets, journal des visites des collections, les enrichissements ainsi que les dernières informations en matière de traitement des fonds. Un nouveau réflexe pour suivre la riche actualité des collections de la SFP.

Parution printanière des notes de lecture d'Études photographiques

En attendant la sortie du numéro 29 à la fin du mois de mai, lisez dès maintenant les notes de lectures sur le site web et retrouvez l'intégralité des articles en français du n°28 en ligne.

image

Lire la suite...

Philippe Bazin, invité au Séminaire photographique le jeudi 10 mai


Philippe Bazin. Les Antichambres. Centre fermé, aéroport de Varsovie.
Ensemble de 12 photographies 30x30 cm (détail), 2008.TDR

Pour notre dernière édition du cycle à la Maison du geste et de l'Image, nous recevons Philippe Bazin.

Rendez-vous le Jeudi 10 mai à 18h00

Lire la suite...

Olivier Cablat, invité de la Vitrine

La Société française de photographie vous invite au vernissage de l'exposition d'Olivier Cablat dans La Vitrine de la SFP.

Venez nous retrouver le vendredi 4 mai 2012 à 18h !

image
Olivier Cablat, "Fig 99 : Typologie progressive du sourire", série Etude typologique des effets de causalité observés sur des individus exposés à des épreuves physiques à caractère pomologique, 2002-2006. TDR

Des vignettes, représentant des portraits de footballeurs sont neutralisées de leur fonction première par l’effacement des informations typographiques dont elles étaient porteuses.

 Les 27 planches juxtaposées deviennent une version d'un nouveau type d'album d'autocollant "Panini", sorte de version contemporaine et personnelle des études de type humain, qui se veut être à la fois une relecture de l'histoire de la Photographie et de l'Ethnologie. (O. Cablat)

Informations

Pierre-Lin Renié invité au Séminaire photographique le 12 avril

Pierre-Lin Renié – Les deux boîtes contenant la collection d’épreuves de travail, novembre 2011.

Pour notre prochaine édition à la Maison du geste et de l'Image, nous recevons Pierre-Lin Renié. Premier échange en avant propos :

-Nous découvrirons jeudi vos "images" mais aussi la manière dont vous souhaitez les assembler, les présenter. Quels statuts occupent-elles dans votre activité artistique ?

-"Après une interruption d’une dizaine d’années, je me suis remis à faire des photographies en janvier 2004. Ce sont des enregistrements directs et simples, descriptifs, regroupant une grande variété de sujets, sans hiérarchie entre eux. Il ne s’agit pas pour moi de travailler un thème spécifique, mais plutôt une manière singulière d’être au monde. Cet exercice d’un regard a priori égalitaire se retrouve à l’intérieur de chaque vue. Les éléments qui la composent sont tous d’égale importance, soumis à la même précision descriptive. Les images qui en résultent réinvestissent aussi bien les genres établis de la photographie moderne (scènes de rue, architectures, objets trouvés...) que les poncifs de la photographie amateur (couchers de soleil, fleurs, animaux...). D’autres reproduisent des détails d’œuvres d’art ou d’images médiatiques.

Lire la suite...

L'envers des trésors. La SFP aux Rencontres d'Arles 2012.

La SFP sera présente aux Rencontres d'Arles 2012 qui débuteront au mois de juillet prochain. Sous le commissariat de la directrice des collections de la SFP Luce Lebart, sera présenté "Un laboratoire des premières fois : les collections de la SFP", une exposition qui souhaite regarder les collections sous un autre jour, celui de "l'expérimental photographique".

Rémy Marlot et Ariane Chopard - Quels monstres se terrent dans les Grands Moulins ?

Rémy Marlot et Ariane Chopard exposent jusqu’au 14 avril deux vidéos Around Home (2003) et Last views (2006) et 30 photographies de la série Limits (2002-2007). Ces images, d’assez grand format, 76 x 100 cm, occupent les trois murs blancs de la galerie, au bout d’un passage perdu dans la verdure, à deux pas de la gare Montparnasse : on quitte l’avenue du Maine, bondée, pour entrer dans une ruelle pavée et silencieuse. Alors, on oublie peu à peu le contexte, Paris, le bruit, et notre œil se pose, comme nettoyé, sur ces images.

Lire la suite...

La photographie en France : une affaire d’État ?

A l'occasion de la sortie du dernier numéro de la Revue de l'Art (n°175) consacré pour la première fois à la photographie, une table ronde est organisée le mercredi 21 mars à l'Institut national d'Histoire de l'art à 18h00 (Salle Vasari), il y sera question des rapports entre la photographie et les institutions artistiques et culturels, sa place dans le monde savant et les évolutions observées depuis ces dernières années. On livre ici l'éditorial de ce numéro.

La photographie en France : une affaire d’État ?

Avec l’estampe et le cinéma, la photographie forme le corps des images techniques qui réunissent l’art et l’industrie. Avant-garde économique d’un marché culturel des images, ces arts du multiple ont répondu, bien plus que ne pouvait le faire la statuaire par exemple, à une demande massive de ce que l’on nomme depuis les Salons : « le public ». Présenté ainsi, la photographie et son commerce, ses usages les plus divers voire les plus triviaux (la fameuse « photo d’identité »), ses pratiques vernaculaires (la « photo de famille ») semblent bien indifférents aux arts et bien éloignés des pouvoirs que l’État entend exercer sur leur administration. Pourtant, de façon exemplaire depuis son invention jusqu’aux plus récentes actions du ministère de la culture, la photographie fascine le politique.

Lire la suite...

Edith Roux au Séminaire photographique

image
Illustration : Les Dépossédés, 2011 ©Edith Roux TDR

Le Séminaire photographique organisé par la SFP, la MGI et l'Université Panthéon-Sorbonne accueille ce jeudi 8 mars Edith Roux .

Rendez-vous à la Maison du Geste et de l'Image à 18h00.

La séance se déroule sous forme d'entretien et sera filmée par le Magazine du Jeu de Paume.

Entrée gratuite, réservation conseillée : 01 42 36 33 52

Organisation et modération des entretiens : Michel Poivert, Julie Jones, Francis Jolly

Géraldine Lay au Séminaire photographique

image
Illustration : Géraldine Lay. Turku, 2008. Série Les failles ordinaires. TDR

Le Séminaire photographique organisé par la SFP, la MGI et l'Université Panthéon-Sorbonne accueille ce jeudi 9 février Géraldine Lay.

Rendez-vous à la Maison du Geste et de l'Image à 18h00.
La séance se déroule sous forme d'entretien et sera filmée par le Magazine du Jeu de Paume.

« Entre 2005 et 2010, je me suis régulièrement rendue dans les pays du nord de l’Europe : Finlande, Suède, Norvège, Ecosse, Danemark, ainsi qu’à Paris et Beauvais. J’avais l’impression d’être à la fois dans un univers familier mais aussi d’être plongée dans un monde étrangement extra-ordinaire.
Cette série est un mélange de portraits, d’objets trouvés et de paysages. Je photographie les passants comme s’ils étaient les acteurs d’une scène, les lieux comme s’ils étaient des décors de cinéma. Rien ne relie les villes que j’ai parcourues, seul mon imaginaire construit entre elles, un récit improbable, une autre fiction. Les passants semblent jouer une pièce indéterminée, comme si chacun se mettait à vivre un songe fugitif. Ces visages croisés s’effacent derrière le rôle que mon regard leur assigne : la rue devient le lieu d’une comédie. Je photographie au hasard des rencontres, sans préméditation, sans mise en scène. Et même si je me raconte des histoires en regardant ce qui se déroule devant moi, le présent suspendu de l’image fige le secret de leur apparition. Ces rencontres entre un état du monde fragmentaire et les glissements (de sens) du souvenir ou de l’imaginaire, produisent cette impression de mise en scène. Et si inventer, signifie en archéologie l’acte par lequel les vestiges viennent au jour, j’ai parfois l’impression de sonder le réel pour trouver l’extra-ordinaire.
Jacques Damez a écrit à propos d’une photographie réalisée à Turku en Finlande : « La fascination des associations, des rencontres qui font glisser le réel vers l’irréel, travaillent la matière de ces failles ordinaires. Ainsi un enfant assis devant un drapé rouge dans son cadre doré nous regarde en face, le seul écran qui nous sépare de lui est celui des flocons de neige, son rêve est de devenir marin, lui qui tient fermement un petit bateau de bois dans sa main droite, et pourtant il est à jamais amarré au cadre de la peinture qui l’enferme. » Géraldine Lay, Les Failles ordinaires

Présentation et programme du séminaire : http://www.mgi-paris.org/pdf/seminaire_photographique.pdf

Nos vœux 2012

Alors que la Société française de photographie marche allègrement vers ses 160 ans d’existence et qu’en 2013 nous fêterons les 20 ans de l’hébergement des collections par la Bibliothèque nationale de France, notre association doit pourtant relever de nouveaux défis.

En premier lieu celui de sa visibilité. Dans un champ toujours plus dense où l’existence des collections est soumise à leur diffusion en ligne, la SFP doit affirmer sa présence sur internet, tant patrimonialement que commercialement. Le nouveau portail www.sfp.asso.fr, qui sera actif dans les prochains jours, est pourvu d’un espace de vente permettant de régler directement en ligne sa cotisation à l’association ou son abonnement à la revue Études photographiques. De plus, à moyen terme, ce portail institutionnel sera le moyen de publier, au gré de leur production, les inventaires de la bibliothèque comme ceux des fonds iconographiques, administratifs ou ceux relatifs aux appareils. Mais ceci n’est que la partie émergente du travail de fond qui a été engagé depuis septembre dernier : sous la houlette de Luce Lebart, nouvelle responsable des collections, un travail de classement et de description normalisée des fonds a été entrepris afin d’organiser la production et la diffusion d’instruments de recherches électroniques suivant un plan de classement englobant l’ensemble des fonds de la SFP. Assortie d’un récolement général et dynamisé par des projets de numérisation et de valorisation d’envergure, ce travail d’inventaire général est un chantier gigantesque à l’échelle de l’association. Il est incontournable si la SFP veut pouvoir poursuivre sa mission de service qui est la sienne (sans les moyens rappelons-le d’un service public) de conservation et d’exploration de cette formidable collection, mais aussi afin de répondre le plus précisément possible aux demandes des membres et des chercheurs.

Cette entreprise est aujourd’hui nécessaire afin d’aborder le second défi qui attend la SFP dans les années à venir. Notre hébergeur et partenaire privilégié depuis 1993, la Bibliothèque nationale de France, évolue et à l’horizon 2017 le Quadrilatère Richelieu – qui regroupe les départements spécialisés dont celui des Estampes et de la Photographie – sera refondu et entièrement réaménagé autour des départements déjà installés sur place auxquels se trouveront intimement associées les Bibliothèques de l’Institut national d’Histoire de l’Art et de l’École nationale des Chartes. Dès 2014 les locaux aujourd’hui occupés par la SFP, au 71 rue de Richelieu, seront rendus au département de la Musique et les collections et bureaux de la SFP seront transférés au 58 rue de Richelieu au sein même du département des Estampes. Ce changement de localisation ne modifiera en rien le statut autonome et privé de la SFP qui fera l’objet d’une attention toute particulière de la part du Conseil d’administration de l’association. Au contraire cela permettra un redéploiement des collections dans des magasins neufs, répondants aux dernières normes de conservation préventive. Mais cela associera également la SFP à un centre de conservation et de recherche autour de l’image et plus précisément de la photographie sans égal sur le territoire. C’est une opportunité formidable pour notre association, lui permettant de bénéficier plus intimement des aides et des infrastructures de la BnF afin de développer de nouvelles initiatives de recherches sur ses archives tout en poursuivant sa mission auprès de ses membres.

Que ce soit par la diffusion de son patrimoine et la participation à des projets innovants de distribution, de partage et de recherche, par la publication de la revue Études photographiques ou par son action en faveur de la photographie contemporaine avec La Vitrine ou le cycle de conférence Le séminaire photographique à la Maison du Geste et de l’Image (Paris), la SFP doit se donner les moyens de poursuivre et de développer son action en faveur de la conservation et de la valorisation de ses collections patrimoniales et de l’écriture de l’histoire de la photographie sous toutes ses formes. En ce début d’année 2012 je forme ainsi le vœu que la SFP relève ces défis qui s’ouvrent à elle. Plus que jamais, notre association a besoin du soutien financier et de l'engagement de ses membres à ses côtés afin de continuer à affirmer son indépendance et son originalité.

Veuillez recevoir de la part de toute l’équipe de la Société française de photographie ses vœux les plus chaleureux pour l’année 2012.

Entretien de Christophe Bourguedieu avec Michel Poivert le Mardi 17 janvier



Dans le cadre du Cycle de conférences "Cas d'Espèces. De la figure animale dans les pratiques contemporaines"

Organisé au Musée de la Chasse et de la Nature (auditorium)
62 rue des archives. 75003 Paris

à 18h30, Entrée libre

Illustration : C. Bourguedieu. Sans titre, série le Chien jaune, 2005.

Juliette Agnel au Séminaire photographique le 12 janvier



Pour la troisième séance de la saison, le séminaire photographique organisé par la SFP, la MGI et l'Université Panthéon-Sorbonne accueille Juliette Agnel.
Rendez-vous à la Maison du Geste et de l'Image à 18h00. La séance se déroule sous forme d'entretien et sera filmée par le Magazine du Jeu de Paume.

Illustration : Juliette Agnel, sans titre, série les éblouis. TDR

A suivre, une petite présentation de la série des éblouis, par la photographe :

Lire la suite...

La Vitrine Janvier 2012 Gilles Saussier

La Société française de photographie vous invite au vernissage de l'exposition de Gilles Saussier dans La Vitrine de la SFP.

Venez nous retrouver le 13 janvier 2012 à 18h !

image

Lire la suite...

Bonne année !

image

Lire la suite...

Vacances de Noël

image


Comme à l'accoutumée, la Société française de photographie ferme ses bureaux pour les fêtes de fin d'année, du lundi 19 décembre 2011 au mardi 3 janvier 2012.
Toute l'équipe vous souhaite de bonnes fêtes de fin d'année !

Lire la suite...

Réseaux de la SFP interrompus.

Attention, depuis le 13 décembre les bureaux de la SFP et le secrétariat de rédaction de la revue Études photographiques subissent une interruption de leurs réseaux téléphoniques, fax, Internet et mail. Les équipes de la Bibliothèque nationale qui héberge la SFP semblent faire tout leur possible pour rétablir la communication !! Nous vous tiendrons au courant du retour à la normale. Merci de votre compréhension.

Parution hivernale des notes de lecture d'Études photographiques

Rendez-vous sur le site web de la revue :
De nouvelles Notes de Lecture d'Études photographiques sont en ligne.


image






Lire la suite...

Cyrille Weiner au Séminaire photographique le 8 décembre

Pour la seconde séance de la saison, le séminaire photographique organisé par la SFP, la MGI et l'Université Panthéon-Sorbonne accueille Cyrille Weiner, rendez-vous à la Maison du Geste et de l'Image à 18h00. La séance se déroule sous forme d'entretien et sera filmée par le Magazine du Jeu de Paume.

Illustration : Cyrille Weiner, extrait de : Le ban des utopies, 2007 album japonais Moleskine, 60 pages pliées en accordéon, tirages jet d'encres pigmentaires, tampons d'encre édition limitée à soixante exemplaires, pour Cheminements 2008 Le paysage comme terrain de jeux, Centre de photographie de Lectoure

A suivre, une petite présentation extraite du site de Cyrille :

Lire la suite...

Parution d'Études photographiques n°28

Études Photographiques n°28 sera disponible à partir de lundi 21 novembre 2011 en librairie ou par abonnement.

image

Lire la suite...

Recherche de daguerréotypes de Jean-Gabriel Eynard

image

LAURA HENNO au Séminaire photographique : le 10 novembre à la Maison du Geste et de l'Image

Nouvelle formule des entretiens de la SFP, le séminaire photographique est un partenariat SFP-Université Panthéon-Sorbonne-Maison du Geste et de l'Image. Pour sa rentrée, nous accueillerons Laura Henno dont l'exposition La Route du Retour se termine cette semaine au CPIF. Ce sera donc l'occasion de revenir sur cette expérience et prolonger les propos de l'artiste diffusés par Médiapart.

Rendez-vous à 18h00 à la MAISON DU GESTE ET DE L'IMAGE 42 rue Saint-Denis 75001 Paris en face de la Fontaine des Innocents Métro Châtelet ou Les Halles ENTREE LIBRE

Lire la suite...

La République des Amateurs au Château de Tours

Article de Bénédicte Ramade dans la revue L'Oeil d'octobre 2011

image

LÄNDER : polysémie du paysage

"LÄNDER : polysémie du paysage" : derrière ce titre se cachent deux jeunes commissaires fraichement diplômées. Pour leur première proposition d’exposition à l’Ecole européenne supérieure d’art de Bretagne – site de Rennes - Elsa de Smet et Jodène Morand décident de s’attaquer au sujet gargantuesque qu’est le paysage. Alors que l’art du paysage en tant que production picturale semblait être immuable dans ses caractéristiques, les artistes contemporains prouvent qu’il n’en est rien. Face à une société toujours changeante, à la course du progrès, à la désindustrialisation, à l’urbanisation de masse mais aussi aux problèmes environnementaux, aux catastrophes soit naturelles soit produites par l’activité humaine, comment alors réfléchir ce paysage, s’y inclure et le construire.

Lire la suite...

Procès Verbal de l'Assemblée générale 2011

L’An Deux Mille Onze Et le vendredi 30 septembre à 18h
Les membres de l’Association Société française de photographie se sont réunis en Assemblée générale ordinaire en salle des Commissions de la Bibliothèque nationale de France, 58 rue Richelieu, 75002 Paris, sur convocation que leur en a faite M. Paul-Louis Roubert, président du Conseil d’administration, afin de délibérer de l’ordre du jour suivant :

1. Examen et approbation des comptes de l'exercice allant du 1er janvier au 31 décembre 2010.
2. Examen et approbation du budget prévisionnel de l'exercice 2011.
3. Approbation du rapport moral.
4. Renouvellement des mandats de Mme Dominique de Font-Réaulx, Mme Anne Cartier-Bresson, M. Bernard Perrine, M. Jean-Louis Milin, M. Michel Poivert et M. Paul-Louis Roubert, membres sortants du Conseil d'administration, rééligibles; ratification de l'élection par le Conseil d'administration de Mme Éléonore Challine, Mme Christine Barthe, Mme Carole Troufléau-Sandrin et M. Marc Lenot, nouveaux membres.
5. Approbation de l'élection du Président de l'Association.
6. Point d'information sur la gestion des collections
7. Questions diverses

Lire la suite...

sfp.asso.fr : un nouveau portail pour la SFP.

Lors de l'Assemblée générale du 30 septembre dernier furent présentés en avant-première les premières pages du nouveau site Internet de la SFP. Créé originellement en 1998 par André Gunthert et Thierry Gervais avec l'aide précieuse de Guillaume Ertaud, le premier site de la SFP était hébergé confraternellement par nos amis du site photographie.com. Remplissant vaillamment son office pendant plus de dix ans et pourvu de nombreux outils, ce site était pourtant devenu obsolète : la multiplication et la diversifications des activités de l'association comme les nouveaux standards du web appelaient cruellement une mise à jour. Était ainsi à l'œuvre depuis plusieurs semaines un chantier qui est aujourd'hui sur le point d'aboutir.

Lire la suite...

Assemblée générale !!!

L'assemblée générale de la Société française de photographie, ouverte aux membres, se tiendra vendredi 30 septembre à 18h00 dans la salle des Commissions de la Bibliothèque nationale de France (site Richelieu, entrée 5, rue Vivienne, Paris 2). À l'ordre du jour seront évoqués une année 2010 particulièrement difficile pour l'association, mais également les nombreuses réalisations qui ont malgré tout émaillées cette même année, les mouvements de personnels au cours de l'année 2011 et enfin les projets qui vont très prochainement aboutir… Suspens. Plus que jamais notre association à besoin de ses membres. À vendredi, nous vous attendons nombreux pour ce nouvel épisode !!

Rejoignez-nous sur Facebook !!

Rona Yefman en Vitrine

image

Rona Yefman. Clowns Line, 2001. Vitrine de la Société française de la photographie.TDR


A voir, au 71 rue de Richelieu, 75002, métro Bourse, 7 jours sur 7, 24h/24.

Pour son exposition de rentrée, La Vitrine de la SFP, en partenariat avec le Laboratoire Digital Janvier et l’atelier l’Image Collée, présente la première exposition parisienne de l’artiste Rona Yefman avec l’image intitulée Clowns Line (2001).

Rona Yefman propose une critique des conventions et des stéréotypes contemporains sous la forme d’une archive documentaire étroitement liée à un imaginaire personnel. Les personnages peuplant son univers incarnent tous à leur manière, et à différentes échelles, des résistances identitaires, sociales, et politiques. Leurs apparences et leur histoires apparemment subversives laissent transparaître, dans leur liberté, une humanité dérangeante.

Lire la suite...

Lewis Hine, la photographie comme la sociologie est un sport de combat

La fondation Henri Cartier-Bresson propose une sélection d'images et de documents de Lewis Hine (1874-1940) en provenance de la George Eastman House (Rochester) qui conserve le fonds du photographe américain. Donné à Rochester en 1955 par la Photo-League qui était animée par certains de ses élèves (Paul Strand, Berenice Abbott) mais menacée par le maccarthysme, cet ensemble est ici donné à voir par entrées thématiques et il faut avouer que ce n'est en rien la faiblesse technique des tirages qu'on a pu lui reprocher un temps que l'on note d'emblée, mais bien le plaisir et l'émotion face à ces témoignages d'enquêtes sociales réalisées dans des conditions difficiles.

Lire la suite...

Luce Lebart : une nouvelle responsable des collections pour la SFP.

Depuis le 1er septembre, la Société française de photographie a une nouvelle responsable des collections en la personne de Luce Lebart. Diplômée de l'École nationale supérieure de la photographie d'Arles, Luce Lebart est historienne de la photographie.
Elle a travaillé sur des fonds photographiques en bibliothèques, musées et plus récemment en archives en étant responsable des fonds figurés aux Archives départementales de l'Hérault à Montpellier.
Ses recherches concernent la photographie scientifique et documentaire et l’histoire de la conservation des photographies. Elle a notamment écrit sur la photographie météorologique et la classification des nuages (Pour la science, 2005 ; Études photographiques, 1996), la photographie criminelle (Le théâtre du crime, PPUR, 2008), les représentations photographiques du paysage (Études photographiques et Restaurer la montagne, Somogy, 2004) et dans la revue de l’Observatoire national du paysage. Contributrice au Vocabulaire technique de la photographie (dir. A. Cartier-Bresson, Marval, 2008), elle a aussi publié sur les « premières bases de données photographiques » (Memoriav, 2004), l’histoire de l’archivage des photographies (AFRHC -Cinémathèque française, 2007), l’émergence de la documentation iconographique (Paul Otlet, fondateur du Mundaneum, Les Impressions nouvelles, 2010) ou sur Eugène Atget (Atget le Pionnier, Marval et traduction Prestel Verlag, 2000). Plus récemment elle a contribué au catalogue de l'exposition des Archives nationales Fichés, à paraître chez Plon/Perrin en septembre 2011 et au livre consacré à Eugène Trutat, photographe et savant, au Museum d'hisoire naturelle de Toulouse (octobre 2011).
Au sein de la SFP, Luce Lebart aura la lourde tâche non seulement d'assurer la gestion, la conservation et la communication des collections, mais également de préparer la réception de ce riche ensemble dans toute son indépendance, son intégrité et son accessibilité au sein du Département des estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France (quadrilatère Richelieu) en 2014… demain ! Ce chantier passionnant et d'envergure a dores et déjà débuté. L'arrivée de Luce en tant que responsable des collections de la SFP en est un atout essentiel.


Photographie de Christophe Cordier.

Brancusi, l'infini et son fantôme

Il y a encore un peu de temps pour visiter l'exposition Brancusi Images sans fin au Centre Georges Pompidou (jusqu'au 12 septembre). Sobriété des cimaises noires, richesse des documents exposés, un solide catalogue à l'appui (ed Le Point du Jour), cette manifestation est une excellente façon de commencer l'année universitaire en tournant la page de l'entertainment estival et se préparer à la sobriété de l'étude et de la réflexion. Parmi les travaux sur la question, l'exposition apporte non seulement de nouvelles images extraites des archives du musée national d'art moderne (photographies et films), mais aussi cette idée que la pratique de l'image constitue pour le sculpteur une autre forme d'expérience de l'infini.

Lire la suite...

Fermeture estivale

Comme chaque année, la Société française de photographie prend ses quartiers d'été et ferme ses bureaux du 1er août au 4 septembre 2011 inclus.
Nous vous souhaitons un très beau mois d'août et vous donnons rendez-vous en septembre avec l'arrivée d'une nouvelle chargée des collections. À suivre...

Parution estivale des notes de lecture d'Études Photographiques

Rendez-vous sur le site web de la revue :
De nouvelles Notes de Lecture d'Études photographiques sont en ligne.


image

Lire la suite...

Postdocument n°2 est disponible en ligne.

image












Revue pdf de 48 pages, téléchargeable et imprimable gratuitement, Postdocument est consacrée à la photographie d’oeuvres d’art en situation d’exposition.
Réalisée par Christophe Lemaitre, Aurélien Mole et Remi Parcollet - tour à tour et simultanément artistes, critiques ou historiens d’art, photographes d’exposition et commissaires - , la revue associe des photographies prises par des amateurs et d’autres réalisées par des professionnels, trouvées sur les réseaux sociaux ou dans des fonds d’archives peu accessibles.

Lire la suite...

La République des amateurs

Pêcheur vers 1909 Antonin Personnaz © coll. Société française de photographie, Paris

L' Exposition "La République des amateurs" est organisée par le Jeu de Paume en collaboration avec la Ville de Tours et en partenariat avec la Société Française de Photographie. Elle présente un ensemble de plus d’une centaine de tirages modernes réalisés d’après les plaques de projection originales conservées à la Société française de photographie, et qui pour la plupart n'ont jamais été exposées. Cette sélection est complétée de plusieurs projections noir & blanc et couleur (plaques autochromes) rendant compte de la manière dont ces images étaient vues et montrées à l’époque.

Lire la suite...

Cycle d'entretiens SFP / HiCSA : Yo-Yo GONTHIER

image
Yo-Yo Gonthier, Camion-bar & reflet. Série Le grand manège, Saint-Paul, La Réunion, 2002. DR

YO-YO GONTHIER invité par Marc Aufraise et Dagara Dakin

Dans le cadre du cycle de conférences SFP / Université Paris I Panthéon-Sorbonne (HiCSA)

le mercredi 1er juin, 18h (entrée libre, sans réservation)

à Institut national d’histoire de l’art, 2 rue Vivienne, 75002 Paris (Salle Vasari)

Yo-Yo Gonthier est né à Niamey, au Niger, en 1974 et grandit en Côte d’Ivoire et à l’île de la Réunion. Après l’obtention en 1997 d’une Maîtrise de Sciences et Techniques en Photographie à Paris 8, il commence un travail de photographe plasticien indépendant. Avec ses premiers travaux nocturnes, regroupés dans Les Lanternes sourdes (Éditions Trans photographic press, 2003), Yo-Yo Gonthier confronte notre regard au surgissement du merveilleux. Le soin particulier accordé au dosage entre temps de pose long, lumière ambiante et éclairage artificiel dirigé, confère à ses photographies une tension atemporelle digne du rêve où stabilité et mouvement, attirance et répulsion s’affrontent sans cesse. Cette dualité rend compte de la volonté chère au photographe de transmettre son goût de la contemplation active et du cheminement, tant intérieur que spatial, comme antidotes contre la vitesse et l’oubli, fréquents dans la civilisation occidentale. La mémoire des lieux et des édifices se pose alors comme témoin d’une histoire collective occultée ou en voie d’effacement dont rend compte l’exposition Outre-mer à l’espace Khiasma, aux Lilas, en juin 2008. Conscient de la nécessité de la transmission et de l’échange, Yo-Yo Gonthier a notamment enrichi son approche de la thématique de l’exploration dans le cadre du projet L’envol au collège St Exupéry à Rosny-Sous-Bois en 2009. Il a exposé lors de Kreyol Factory, des 6ème et 8e Rencontres de Bamako – Biennale africaine de la photographie, et vient de finir une résidence de création pour la première édition du Addis Foto Fest en Éthiopie. Il est actuellement en résidence à L’École Nationale des Arts du Cirque à Rosny-Sous-Bois. http://www.yoyogonthier.com/

Yves Trémorin, souvenirs du Mexique

La prochaine étape de l'exposition d'Yves Trémorin intitulée La dérivée mexicaine se déroulera à partir du 1er juin au Musée des beaux-arts de Rennes, l'ouvrage éponyme publié par l'Atelier d'édition pour les éditions Loco sortira à cette occasion. Petit extrait d'une étude qui nous a donné l'occasion de nous replonger dans le surréalisme par le biais d'une des figures majeures de la photographie contemporaine en France.

"En inscrivant son travail sous le parrainage du surréalisme - avec les figures contradictoire de Breton et d’Artaud - Yves Trémorin se livre à une entreprise d’inventaire, de collecte et d’appropriation d’objets et de corps dans lesquels il examine ce qu’il reste des puissances symboliques. Ce faisant, il éprouve le pouvoir des photographies à faire apparaître la part mystérieuse de ce que le tourisme n’a pas totalement dissipé. L’ensemble parvient à constituer, selon une partition qui reprend les figures des combats de catch mexicain - masque contre masque, chevelure contre chevelure - un petit inventaire du totémisme moderne.

Lire la suite...

RAPHAEL DALLAPORTA invité par Garance Chabert


























Raphaël Dallaporta, Ruine (Saison1), Kafir Qala, province de Balkh, Afghanistan.TDR


Dans le cadre du cycle de conférences SFP / Université Paris I Panthéon-Sorbonne (HiCSA)

le mercredi 11 mai, 18h (entrée libre, sans réservation)

à Institut national d’histoire de l’art, 2 rue Vivienne, 75002 Paris (Salle Vasari)

Animé d’une conviction documentaire, Raphaël Dallaporta développe depuis 2004 un travail photographique par séries centrées sur un motif, et sur des sujets comme le déminage, l’esclavage domestique, ou plus récemment les autopsies. En regard de ces séries, l’entretien portera sur les enjeux de son nouveau projet, Ruine, réalisé en Afghanistan en collaboration avec la mission archeologique du Nord de l'Afghanistan , et dont les premières photographies seront exposées aux Rencontres Internationales d’Arles l’été prochain.

Parution printanière des Notes de Lecture d'Études Photographiques

Rendez-vous sur le site web de la revue :
De nouvelles Notes de Lecture d'Études photographiques sont en ligne.


image Au sommaire...

Lire la suite...

Monument Tosani

On se plaint assez de ne pas voir les milieux de carrière célébrés chez les artistes français pour ne pas saluer la publication (CNAP/Flammarion) d'un Patrick Tosani d'une facture exemplaire. Alors que la Centre Photographique Ile de France et très bientôt la Maison Européenne de la Photograhie offrent l'exposition de travaux anciens et très récents, l'ouvrage permet sous une forme thématique de comprendre l'ensemble d'une œuvre majeure de la période. On propose ici un bref extrait de l'entretien réalisé avec l'artiste que l'on retrouve in extenso dans l'ouvrage.

Lire la suite...

Wizard en vitrine

image






























Pour sa nouvelle exposition La Vitrine de la SFP, en partenariat avec le Laboratoire Digital Janvier et l’atelier l’Image Collée, présente une photographie de Remy Amezcua intitulée Wizard (2001). Originaire de la ville de Mexico, Remy Amezcua est aujourd’hui basé à New York. Après avoir obtenu un Bachelor of Fine Arts à la New York University, il s’oriente vers la photographie commerciale tout en poursuivant des recherches artistiques multidisciplinaires. Son travail – constitué de photographies, poèmes, dessins et peintures – est habituellement exposé sous la forme d’une installation in progress, intitulée « A Group Show Of Selves ». Plusieurs versions de cette installation ont été exposées aux Etats-Unis (New York) et en Chine (Beijing). Il est représenté par la 1500 Gallery (New York).

image

« Wizard » fait partie d’une série intitulée Evidence Collages, où l'on observe des objets-déchets mis, comme en vrac, dans un « ziplock » en plastique, de petit format (26x26cm). Devenus pièces à conviction, ils rappellent la peur sceptique de l’individu contemporain mais également sa relation aux objets de consommation, témoins voire signifiants mêmes de son existence. L’intérêt porté aux objets semble aussi inopérant que leur emplacement dans la composition : un faux hasard né d’un jeu rationnel d’organisation plastique et d’une intuition émotionnelle libre. Symboles de rêves, d’efforts, d’aspirations, de conquêtes, ces résidus de voyage voient leur valeur originelle réactivée et détournée par le mécanisme de prise de vue et le processus d’agrandissement de l’image. L’épave personnelle devient alors une fantastique « star » imagée et publique, visible aux yeux de tous.

image
image


©Remy Amezcua, Wizard, In Italy, Electronic, 2001

A voir, au 71 rue de Richelieu, 75002, métro Bourse, 7 jours sur 7, 24h sur 24.







Alexis CORDESSE : Prix ARCIMBOLDO 2011

Le prix Arcimboldo cuvée 2011 a été attribué hier soir au travail d'Alexis Cordesse intitulé Border Lines. L'association des Gens d'image, soutenue désormais par Swiss Life dans cette aventure qui récompense, expose et passe commande à des artistes faisant appel aux technologies numériques, signe un choix audacieux.

Lire la suite...

Entretien SFP 13 avril - L'édition et la diffusion du livre de photographie aujourd'hui : Sebastian Hau invité par Marc Aufraise

A partir d'une sélection d'ouvrages proposée par Sebastian Hau, l'entretien sera l'occasion d'aborder quelques enjeux liés à l'édition et à la diffusion du livre de photographies. Seront présentés et discutés les ouvrages de Chris Killip, In Flagrante, (Secker and Warburg, London, 1988); Patrick Faigenbaum, Tulle, (Le Point du Jour, Cherbourg, 2007); Olivier Cablat, Galaxie, (White Press, Cologne, 2009); Cuny Janssen, My grandma was a turtle, (Snoeck, Cologne, 2010); Monica Haller, Riley and his story, (Onestar Press, Paris, 2010) et enfin, Michael Light, Bingham, (Radius Books, Santa Fe, 2010).

Sebastian Hau est né en 1976 à Krefeld, Allemagne. Durant ses études de littérature comparée et de philosophie à Bonn, il travaille pour Tropen, petite maison d'édition allemande, spécialisée notamment dans la traduction et la diffusion de littérature contemporaine. En 2000, il prend part à l'aventure des éditions Schaden ce qui le conduit en 2010 à devenir responsable du Bal Books, la librairie du Bal (Paris 18e). Il écrit pour FOAM et Photoeye Magazine.

Le mercredi 13 avril, 18h

à Institut national d’histoire de l’art, 2 rue Vivienne, 75002 Paris (Salle Vasari)

Entrée libre, sans réservation

Carole passe la frontière.

Aujourd'hui 31 mars est le dernier jour à la Société de Carole Troufléau-Sandrin qui quitte la SFP pour rejoindre le musée de l'Élysée à Lausanne. Chargée des collections et pilier de la vie de l'association depuis 2005, Carole aura été de tous les fronts et un maillon essentiel dans l'animation et la préservation de la vie de la SFP. L'avenir nous donnera l'occasion de l'associer encore activement à nos actions.
Go Carole, Go !

NDLR : Carole sera remplacée à demeure à partir de septembre 2011. Rendez-vous sur Facebook pour plus renseignements.

- page 1 de 3