ViteVu

Aller au contenu

vendredi 22 septembre 2006

Les méthodes de Paris-art

Ce matin encore dans mon courriel, trois exemplaires de la Newsletter de Paris-art.com (n° 160). Dont je me suis désabonné des dizaines de fois. Dépourvu de toute ressource dynamique qui permettrait d'en contrôler l'actualisation par l'intermédiaire d'un fil RSS, ce site à l'ancienne recourt aux vieilles techniques du "push" et de la collecte d'adresses e-mails. Procédé qui s'apparente au spam et dont la répétition, lorsqu'elle n'est pas désirée, n'est pas moins irritante. On ne s'étonnera guère de cette aggressivité de la part d'un site commercial (comme l'indique son extension en .com), dont l'économie dépend de la publicité: son revenu est directement indexé sur sa fréquentation. Avec de telles méthodes, on comprend en tout cas mieux le chiffre revendiqué par André Rouillé de 150.000 visiteurs par mois (dans le n° 18 d'Études photographiques, p. 156). S'il lui arrive de passer par ici, signalons-lui - ViteVu disposant de la technologie adéquate - qu'il pourra économiser le coût du recommandé: sur un blog, le droit de réponse s'appelle un commentaire et il est gratuit.

jeudi 21 septembre 2006

Marta Gili confirmée à la tête du Jeu de Paume

Après trois mois d'atermoiements, la nomination de Marta Gili, proposée par le conseil d'administration du Jeu de Paume, a finalement été entérinée par le ministre de la Culture. La nouvelle directrice prendra la succession de Régis Durand le 1er octobre prochain.

Source: Photographie.com, 21/09/2006.
Lire la suite...

mercredi 20 septembre 2006

Avant la région humaine

image Samedi prochain, l’exposition "La région humaine" ouvrira ses portes au premier étage du Musée d’art contemporain de Lyon (jusqu’au 31 décembre), dans le cadre du festival Septembre de la photographie. C’est sur l’invitation de son directeur, Gilles Verneret, et du directeur du musée Thierry Raspail, que j’ai réalisé cette exposition comptant plus de 150 œuvres d’une vingtaine d’artistes. Un projet sur la représentation contemporaine de l’homme ne naît pas d’une commande, elle résulte ici d’un travail entamé au milieu des années 1990 au sein du Bulletin de la Société française de photographie, à travers de nombreux entretiens menés par moi-même et toute une équipe. Organisées régulièrement, ces rencontres également formalisées par les "Entretiens publics" à la Maison européenne de la photographie, ont été le moyen d’aborder la production des photographes français qui échappent aux catégories du reportage ou bien de l’art contemporain, laissant peu à peu percevoir le dynamisme d’une scène française qui ne trouve pas réellement de vecteur pour s’affirmer.

Lire la suite...

samedi 16 septembre 2006

La caméra qui reconnaît les visages

image Annoncé depuis un an, le nouveau Powershot G7 a enfin été présenté au public avec les préparatifs de la Photokina. Parmi les spécifications de ce télémétrique de bonne facture, doté d'un capteur de dix mégapixels et d'un zoom stabilisé ouvrant à f/2.8, on remarquera une fonction qu'il est le premier à présenter. Grâce à la nouvelle version du Digic III, le processeur de traitement d'images de Canon, l'appareil est doté d'un système de "détection de visages". Selon le communiqué, le logiciel est capable de reconnaître automatiquement la présence de plusieurs visages (jusqu'à neuf) dans le cadre, et d'adapter en conséquence la mise au point et le dosage du flash. Moins anecdotique qu'il y paraît, ce système dérive des technologies d'identification biométriques dont le développement a été encouragé dans la période récente par l'essor des politiques sécuritaires et l'aggravation du terrorisme. Largement soutenues par le gouvernement et les services secrets américains dans le cadre de divers programmes, ces techniques récemment arrivées à maturité sont désormais employées dans les aéroports, les stades, certains casinos et centres commerciaux pour repérer les individus indésirables. On vérifiera sur pièces l'efficacité d'un tel dispositif appliqué au portrait familial. Mais on peut dès à présent suggérer aux ingénieurs de Canon une adaptation de leur logiciel aux faciès de nos compagnons à quatre pattes. Quoique très présents dans nos albums de famille (à vue de nez, sur Flickr, à peu près autant que les bambins), ils ont pour l'instant échappé à l'investigation policière.

mercredi 13 septembre 2006

Le Leica M8 dévoilé sur un blog français

image A quoi sert encore la presse photo? Entre les essais détaillés de DPReview, les informations qui circulent en avant-première sur les forums spécialisés, voire le compte Flickr de Luc Saint-Elie, l'amateur de nouveautés technologiques dispose d'une information de grande qualité en ligne, avec un ou deux mois d'avance sur le papier. Cette fois, on saluera la performance des blogs Lightmediation et Macandphoto, qui ont dévoilé en exclusivité mondiale une prise en main du très attendu Leica M8 numérique, avant même le début de la Photokina. Est-ce un hommage à Henri? s'interroge (en français dans le texte) The Online Photographer, qui trouve évident que Leica picked France as the locus of the world's introduction to the digital M8. Un capteur Kodak de dix mégapixels, un obturateur à rideau vertical, un large écran au dos, une carcasse en magnésium, le tout pour environ 4000 € boîtier nu - fairly reasonable, as such things go (it is, after all, a Leica), commente, lucide, Mike Johnston (illustration empruntée à Macandphoto).

vendredi 1 septembre 2006

Tout Lartigue interrogeable

image Marianne Le Galliard a présenté fin juin à l'équipe de la SFP l'état actuel de la base de données Lartigue, réalisée par ses soins. Résultat de trois ans de travail, cet outil informatique élaboré permet une interrogation croisée des différents index produits à partir des inventaires du fonds d'archives de la fondation Lartigue et du fonds iconographique de la donation Lartigue, gérée par l'association des Amis de Jacques-Henri Lartigue. Ces fichiers comprennent l'inventaire des images unitaires (photographies, peintures, dessins), des pages d'album (14500 pages), du journal, de la correspondance (environ 15000 pièces) ou des carnets, avec leur reproduction numérisée. Le journal (3500 pages tapuscrites) a été entièrement analysé et indexé. Une base de 3000 noms, documentée par autant de fiches biographiques, a été élaborée à partir des différentes sources écrites.

Lire la suite...